La puissance de notre héritage bordelais

[EXTRAIT – BORDEAUX EST AVENIR]

Sur l’esplanade des Quinconces, la plus grande place d’Europe, les statues de Montaigne, de Montesquieu et la colonne des Girondins nous invitent à penser. Beaucoup de Bordelais ne le savent pas vraiment et ignorent peut-être que notre ville a hébergé de grands Hommes. Bordeaux est l’une des plus grandes villes de France, pays de culture et d’éducation, désormais à nouveau l’une des cités les plus attractives d’Europe. Elle est, depuis des siècles, différente : elle a toujours affronté les défis avec indépendance et hauteur de vue grâce à ses penseurs dont les travaux ont fait avancer de manière déterminante l’organisation de la société et notre liberté de penser. Ils ont fait bouger des sociétés entières, fait avancer nos civilisations.

Nous vivons, aujourd’hui dans le monde, des moments particulièrement complexes. Se souvenir de notre héritage et veiller à ce qu’il vive toujours plus intensément auprès du plus grand nombre de locaux et de touristes est une opportunité à saisir absolument. On dit de Bordeaux que son héritage humaniste explique la capacité de dialogue et de tolérance de ses habitants.

Michel de Montaigne, l’un de ses maires fut un personnage majeur de l’humanisme de la Renaissance française. Il pensait qu’il fallait obéir aux autorités établies tout en faisant une recherche intérieure sur l’humaine condition. Les humanistes prônaient une éducation libérale caractérisée par le respect de la personnalité de l’enfant, le savant dosage entre effort intellectuel et le jeu, un dialogue profond entre élève et maître… Ils poussaient à une indépendance d’esprit et à un libre examen des textes religieux. La pensée humaniste était amenée à tenter d’influer aussi sur les décisions politiques : « amours du peuple, pacifisme, esprit œcuménique et volonté d’équilibre ».

Montesquieu, autre célébrissime écrivain bordelais et philosophe, auteur de L’Esprit des lois, a rompu avec l’idéologie de son temps en évacuant Dieu, en défendant la liberté, la tolérance et l’universalisme.

Chaban-Delmas dans un tout autre registre, le premier des Premiers ministres de la France à gouverner Bordeaux, a eu également une influence majeure sur les questions d’éducation et de savoirs. Il partait du constat que la France présentait un certain retard par rapport à d’autres pays plus développés sur le plan industriel. Les deux principales raisons évoquées étaient : un poids trop important que la société donnait à l’Etat dans le domaine de l’économie, depuis la Libération, et un archaïsme des structures sociales. Chaban parlait de sociétés de castes qui empêchaient selon lui la France de suivre le rythme des mutations internationales, développement exponentiel de l’industrie dans les pays riches, mais aussi nationales avec le boom démographique. La France ne pourrait miser sur son développement économique sans se soucier des « ambitions humaines », selon lui. En conséquence, il avait dressé l’ambitieux programme d’établissement d’une « nouvelle société ». Celle-ci, passait par une série de mesures concrètes telles que : augmenter deux fois plus vite les dépenses pour l’éducation que pour les autres ministères, développer l’enseignement technique, rendre autonomes les universités et l’ORTF – Office de radiodiffusion-télévision française -, décentraliser le pouvoir au bénéfice des collectivités locales, moderniser et rationaliser les administrations, assumer une politique de grands travaux aménageant le territoire, instaurer un dialogue constant avec les syndicats… Les idées de ces trois grands hommes sont parfaitement d’actualité.

Notre héritage humaniste est exigeant parce qu’il est juste et précieux. Bordeaux, capitale de la région Nouvelle Aquitaine, a plus que jamais un rôle décisif à jouer sur la façon de transmettre les savoirs et d’en préserver le sens et les finalités. Culture et éducation, vecteurs essentiels de la transmission, permettent la cohésion : elles sont la clé de « l’identité heureuse » chère à Alain Juppé. La révolution numérique les bouleverse dans leurs modalités d’expression, ce qui renforce d’autant leurs finalités.

La suite mercredi prochain

Retour à l’extrait précédent

2 réflexions sur “La puissance de notre héritage bordelais

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s