Ma, ta, sa famille

[EXTRAIT – BORDEAUX EST AVENIR]

Comment aidons-nous les familles de tout milieu face à des mutations sociétales vertigineuses qui bousculent les notions d’autorité, de frontière et d’équilibre ?

Les grands parents jouent le plus souvent un rôle de soutien dont la valeur ajoutée économique et morale est primordiale. Mon mémoire de DEA portait sur le rôle des grands-parents dans le droit de la famille : son contenu est forcément obsolète aujourd’hui tant le rôle d’appui des grands-parents, dans cette société qui se complexifie et se tend à vive allure, s’est modifié, mais la problématique de départ est plus que jamais d’actualité. Les familles qui ne bénéficient pas de ce support, et notamment les familles monoparentales, sont un sujet récurrent d’inquiétude sans pour autant que nous ayons réellement trouvé les moyens adéquats pour le surmonter. Le système de cohabitation pour réduire les frais d’une maison par la mise en commun de pièces à vivre, le système de garde solidaire pour permettre notamment aux mamans de souffler et de participer à la vie de la cité, se développent mais dans l’âpreté des débats budgétaires concentrés sur le développement de l’offre d’accueil des petits, tous publics confondus. L’accueil pendant des heures atypiques est un enjeu particulier pour toutes les femmes qui ont des emplois pénibles en travaillant de nuit par exemple. Et dans un autre registre, le soutien des familles dont les enfants sont radicalisés est un défi qui montre la difficulté qu’elles rencontrent à rester en communication avec leurs enfants et à anticiper les troubles qui naissent lorsqu’ils surfent sur la Toile dans des communautés fermées.

La question des parentalités est fondamentale. Il faut l’aborder sans manipulation ni absolutisme, comme la garantie du droit de l’enfant, et non pas le droit à l’enfant, sous l’angle de notre responsabilité collective et universelle à protéger, au sein de notre ville, l’enfance et particulièrement l’enfance vulnérable. Le soutien aux familles, à toutes les familles quelles que soient leur forme et leur force, doit être considéré comme vital. C’est par elles et avec elles que les enfants sauront affronter l’avenir.

La suite mercredi prochain

Retour à l’extrait précédent

2 réflexions sur “Ma, ta, sa famille

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s