Pudique

[EXTRAIT – BORDEAUX EST AVENIR]

Je n’étais plus nouvelle en politique. Elue depuis sept ans, je ne me déplaçais plus nulle part à Bordeaux sans reconnaître un visage. Forcément, ou que j’aille, je croisais quelqu’un qui m’arrêtait. A partir de mon deuxième mandat, j’ai été confrontée de plus en plus souvent à un étonnant phénomène. Quelqu’un me reconnaissait, savait très bien comment il ou elle m’avait rencontrée, l’exacte teneur de l’échange et son aboutissement. Et moi j’étais incapable du moindre souvenir. Il fallait attendre quelques minutes que le dialogue s’installe pour que la mémoire me revienne avec plus ou moins de détails. En attendant que ça s’éclaire, j’étais comme un funambule. Parfois mon interlocuteur le sentait, il m’interpelait : « Vous vous souvenez de moi ? ». C’était encore la réaction la plus facile. Vous pouvez dire en toute sincérité que vous vous souvenez de son visage mais que vous êtes très fatiguée… Parfois, et c’est bien pire, votre interlocuteur n’imagine pas un seul instant que vous ne sachiez plus qui il est vraiment. Je déteste ces moments, je les trouve injustes, très regrettables. Et pourtant, ils arrivent de plus en plus souvent quand votre expérience politique s’installe vraiment. Alors, en fonction de votre énergie, vous foncez, vous plongez dans la foule ou pas, vous serrez des mains, vous embrassez. Ou bien vous êtes trop fatigué, réfléchi, accaparé : vous aspirez alors à la retenue, vous gardez de la distance. Vous vous opposez au désir d’intrusion dans votre bulle, vous leur opposez votre pudeur, un certain recul. Au début, je ne le faisais jamais. J’ai appris, j’ai compris aussi depuis pourquoi Alain Juppé, pudiquement, installe cette bulle : il garde son énergie pour les échanges de fond. On dit de lui, parfois, qu’il ne dit pas bonjour, qu’il laisse traîner un regard impersonnel. Je pense qu’il se protège et nous protège de lui, le plus souvent. Un homme ou une femme politique n’appartient pas au peuple. Ce n’est pas un artiste, une icône, un magicien, il est aussi un ou une parmi d’autres. La pudeur est une chance, la démonstration que le porteur d’autorité morale campe sa fonction sans s’y confondre totalement. Il reste un homme, une femme fragile de son humanité.

La suite mercredi prochain

Retour à l’extrait précédent

2 réflexions sur “Pudique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s