A partir du jour T

[EXTRAIT – BORDEAUX est AVENIR]

Puis vint le jour T, le jour de l’inauguration du tramway et avec lui d’un réseau multimodal d’envergure. Dans la rame officielle surchargée, le Président de la République, Jacques Chirac, aux côtés de « son meilleur d’entre nous », Alain Juppé, exerce une fascination sur tous les notables de la métropole qui ont été habilités à les accompagner. Certains hommes ont une autorité morale qui s’impose spectaculairement. Après le passage du pont de pierre, nous prenions la mesure de la fierté des Bordelais, des dizaines de milliers d’entre eux étaient venus voir leur tramway. J’ai retenu de ce jour inédit ce qu’a dit Jacques Chirac en aparté : « Vous auriez dû faire un grand feu d’artifice pour cet événement populaire ». C’est exactement ce que beaucoup de Bordelais nous ont dit ensuite, même si la qualité du spectacle joué aux Quinconces avait été reconnue. Je retiendrai cela aussi : les fêtes populaires se vivent simplement et traditionnellement, ce qui compte c’est l’émerveillement de la foule, qui s’étonne elle-même d’en avoir formé une.

Le matin même de cette journée inaugurale, j’avais été une des premières, vers 5h30, à prendre le tramway avec mon père et l’un de mes fils : de toutes les communes et dans tous les états, de celui du noctambule à celui du sportif matinal, les gens se retrouvaient dans ce véhicule fonctionnel immédiatement indispensable. J’ai pensé à toutes ces réunions publiques au cours desquelles on nous assénait les mêmes angoisses, « Les hordes de jeunes de la rive droite vont s’emparer du centre-ville. Il faut s’attendre au pire… ». Evidemment tel ne fut pas le cas : ce tramway a désenclavé les secteurs abandonnés de la ville, a permis la requalification des espaces publics garantissant ainsi la mixité sociale. C’est une réalité qui se vit tous les jours et dont on oublie trop souvent qu’elle fut le résultat d’une volonté politique et d’une méthode de gouvernance très ouverte. Cette période phénoménale s’est achevée sans que je n’en prenne réellement conscience. J’étais devenue maman de deux enfants et fonctionnaire, mon mari avait créé son entreprise. De l’aventure tramway j’ai gardé le goût du travail en équipe, en mode projet, en intensité et en lien étroit avec les acteurs de terrain. Le départ d’Alain Juppé pour le Québec fut faiblement commenté tant il avait été douloureux pour tous ceux avec lesquels je travaillais quotidiennement.

La suite mercredi prochain

Retour à l’extrait précédent

2 réflexions sur “A partir du jour T

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s