Besoin de sécurité

Se sentir en sécurité est un besoin fondamental. C’est un fait indiscutable.

Si Bordeaux est attractive, deuxième ville préférée des Français après Paris, c’est parce qu’elle est belle, bien entendu et son inscription comme plus grand patrimoine en cœur de ville à l’UNESCO en atteste, c’est parce que ses habitants dialoguent dans le respect des différences, mais c’est aussi par ce qu’on s’y sent en sécurité.

La ville est à taille humaine, maillée d’un tissu associatif incroyablement dense. Il est de tradition de se réunir sur à peu près toutes les thématiques : Cellules de veille, Comités locaux interpartenariaux, Conseils de proximité, Conseils de quartier, Conseils de secteur, rendez-vous de l’emploi… La liste des rendez-vous entre acteurs de terrain et habitants est inépuisable.

Le taux de délinquance à Bordeaux est l’un des plus bas de France, en particulier celui de la délinquance des mineurs. Il faut avoir conscience qu’aucune zone de la ville est inaccessible pour les forces de police, comme pour n’importe quel citoyen, quoi qu’il se dise ici ou là.

Il existe évidemment des secteurs dans lesquels l’espace public est occupé pour des petits trafics, des rodéos ou dans le cadre d’autres utilisations incompatibles avec la tranquillité qui devrait être garantie aux habitants. Ce n’est pas acceptable et d’ailleurs pas accepté. Le Maire a demandé aux forces de l’Etat de démultiplier les moyens pour que cessent les troubles à l’ordre public (Sud-Ouest en a fait une double page justement ce samedi 18 février).

Parce qu’à Bordeaux, nous agissons pour que la mise en sécurité s’organise autour de deux piliers : la prévention et la répression. Nos moyens locaux de prévention seront aussi priorisés sur ces mêmes secteurs.

Par ce petit billet, je voulais juste rappeler que se sentir en sécurité dans sa ville est un besoin fondamental. Dans des temps troubles, le sentiment d’insécurité confine parfois à l’insécurité proprement dite. Vouloir plus d’ordre et d’autorité ne doit pas être mis en opposition avec la voie du dialogue et de la prévention (et inversement).

L’émergence de certains secteurs en réelle tension, comme l’augmentation des incivilités dans la ville, deux phénomènes indiscutables, ne doivent pas nous faire oublier non plus que Bordeaux est une ville sécure. C’est une réalité, fruit d’un travail massif des acteurs de terrain et des institutions, qui ne doit souffrir d’aucune polémique.

Ne doutons pas de ce que nous sommes ni de ce que nous faisons ensemble à Bordeaux, est un des creusets de l’humanisme.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s